Grand site caps d'Erquy et Frehel
Grand Site Caps Erquy Fréhel

Avec la mondialisation des échanges commerciaux et le transport facilité des Hommes et des animaux, de nouvelles espèces animales et végétales colonisent nos espaces naturels au détriment de notre biodiversité locale. Ce phénomène international n’échappe pas au territoire des Caps qui fait face depuis de nombreuses années à l’installation de plantes dites « invasives ». Quelles actions sont réalisées aujourd’hui ? Et comment est envisagé l’avenir ?

Qu’entendons-nous par plantes invasives ?

Si la très grande majorité des plantes ornementales ne pose pas de problème, une faible proportion présente le risque, dans certaines conditions, de devenir envahissante avec des impacts négatifs sur l’environnement. Ces plantes ont la capacité de coloniser rapidement de nouveaux territoires et dans certains milieux spécifiques, de devenir dominante. Elles prennent la place de nos espèces endémiques, appauvrissent notre biodiversité locale et créent des dysfonctionnements. Les impacts sont d’ordre environnemental, économique mais touchent également la santé humaine (allergies, brûlures, intoxication, etc...). Les phénomènes d’invasion biologique sont aujourd’hui considérés par l’ONU comme l’une des plus grandes causes de régression de la biodiversité.

 

Des actions de luttes ciblées et répétées sur le Grand Site

Sur le territoire des Caps, plusieurs espèces invasives ont été identifiées dans les milieux naturels. Depuis 2012, le Syndicat mixte organise régulièrement des chantiers bénévoles pour lutter contre ses plantes sur certains sites considérés comme sensibles. Ainsi, deux échappées des jardins : la Valériane Rouge et la Cinéraire maritime, ont été arrachées, respectivement, sur la dune de Pléherel et sur le Cap Fréhel.

Dans le cadre de l’Opération Grand Site et en lien avec le dispositif Natura 2000, un plan de lutte global pour les cinq prochaines années doit être formalisé. Il s’agit de définir et de coordonner, à l’échelle du territoire, l’ensemble des actions portées par les différents acteurs concernant la lutte contre les invasives.

 

Une veille nécessaire sur l’ensemble du territoire

Les caractères, envahissant ou préjudiciable d’une plante à l’échelle d’un territoire parait souvent en premier lieu anecdotique, ce n’est en effet qu’après une phase de confortement lent des effectifs que la démographie de l’espèce va ensuite exploser et révéler sa vraie nature. Aussi, il importe d’intervenir de manière rapide sur un foyer naissant plutôt que d’être dépassé par les événements. A l’échelle de l’Europe des dizaines de milliers d’hectares de terres agricoles, boisements de production comme espaces naturels ont déjà été réduits à néant par ces invasives. C’est depuis nos jardins et espaces verts que l’invasion prend naissance malgré leur caractère invasif reconnu, certaines de ces espèces sont toujours vendues en jardinerie. Depuis vos jardins les graines, déplacées par les vents et oiseaux, les dépôts de déchets verts dans la nature, mais aussi graines en mélange avec celles que vous avez plantées ou donné à manger aux oiseaux (impuretés)... vont donner naissance aux premiers foyers d’invasion.

 

Un coup de main espéré des habitants

Comme la plupart des invasions prennent naissance depuis les jardins et espaces verts et comme nous rappelle l’expression « Deux yeux valent mieux qu’un », le Grand Site Cap d’Erquy-Cap Fréhel souhaite intégrer les habitants à cette veille. Ainsi chaque mois, une fiche spécifique sur une espèce de plantes invasives présentes sur le territoire des Caps sera mise en ligne sur notre site internet. Si vous observer l’une d’elles près de chez vous, nous vous invitons à la photographier et à la localiser si possible précisément sur une carte puis à nous envoyer l’information par email : sdc.natura2000(at)wanadoo.fr pour confirmer l’identité de la plante, réaliser une cartographie servant de diagnostic de la situation voir d’intervention. Enfin, bien évidemment, ce sont aussi des espèces qu’il ne faut pas hésiter à extraire du milieu naturel.


Retour haut de page