Marque Bretagne
Réseau des Grands Sites de France

L’esprit des lieux et les patrimoines

Parcourir le Grand Site Cap d’Erquy-Cap Fréhel ne laisse pas indifférent !
Une impression de terre sauvage encore préservée, à l’horizon infini, où sensations et sentiments s’entrechoquent,
au gré des découvertes nombreuses des visiteurs…

L’appel des sens, les valeurs du Grand Site

Avec leurs falaises de grès rose, les Caps d’Erquy et Fréhel sont des sites d’exception. A l’extrémité de leurs pointes, nous pourrions nous croire au bout du monde surplombant le grand large. Du haut des falaises escarpées, lorsque le vent se lève, le spectacle est grandiose : entre îlot et continent, les courants s’amplifient, puis les vagues déferlent, indomptables sur les parois rocheuses. Dans ce décor aux paysages à couper le souffle, l’Homme prend pleinement conscience de sa petite taille face à cette nature grandiose.

En déambulant sur les Caps, les sens sont de nouveau sollicités. Entre la prégnance des couleurs avec la palette des floraisons de la lande, les contrastes végétaux entre les pins et les oyats, les variétés de bleus mâtinés de brume des eaux marines et le spectre des sons avec les chants inimitables des passereaux de la lande et des oiseaux marins, les vrombissement des insectes butineurs ou les sifflements du vent, c’est toute l’ambiance des Caps qui se ressent et se dévoile…

Un patrimoine naturel d'exception

Des paysages remarquables

Le Grand Site Cap d’Erquy-Cap Fréhel offre des séquences diversifiées avec des parcours, des points de vue exceptionnels, véritables « cartes postales » avec sable blanc et eau transparente. Sa mosaïque de paysages littoraux a inspiré et inspire encore de nombreux artistes peintres : une alternance de pointes rocheuses, aux points de vue vertigineux ; une multitude d’anses sableuses, aux eaux turquoises, caractéristiques de la Côte d’Emeraude et de ses abords ; des spécificités géologiques unique telles que le grès rose.

Falaise de grés rose – Cap d’Erquy
Pointe rocheuse – Cap d’Erquy
Vélo route-voie verte –  Cap Erquy
Côte du Penthièvre
Vue sur le Cap Fréhel – Pierre Le Douaron
La plage du Lourtuais par Pierre Le Douaron
L’îlot Saint-Michel par Pierre Le Douaron

 

Des milieux naturels diversifiés

Le Grand Site Cap d’Erquy-Cap Fréhel abrite une extraordinaire diversité de milieux littoraux, dont l’importance est reconnue au niveau national et européen : une immensité de landes littorales à bruyères et ajoncs ; un marais estuarien préservé ; des massifs dunaires diversifiés (classique, perchée et en flèche) ; des falaises maritimes certaines hautes de 70 mètres ; des tourbières et des fonds de vallées aux richesses méconnues.

Sur chacun de ces milieux parfois difficiles, une faune et une flore originales et spécifiques s’y sont développées grâce à des stratégies d’adaptation, parfois surprenantes. Ainsi en apparence très homogène, la végétation de la lande varie selon l’état d’humidité et la nature du sol. Quatre bruyères, nuancier de violet-rose, associées à des ajoncs, nuancier de jaune, se rencontrent et reflètent la diversité floristique présente. Sur les espaces tourbeux, place aux plantes carnivores avec la Grassette du Portugal et la Droséra. La végétation caractéristique des vasières et prés salés, se compose, elle, de peuplements d’Obione et de Salicorne, où se remarquent les fleurs rose-violacées de la Lavande de mer.

Cachée dans ces couverts végétaux, une faune riche et singulière s’y développe. L’avifaune de la lande abrite l’Engoulevent d’Europe et la Fauvette Pitchou. Les falaises rocheuses cachent le Pingouin torda et le Guillemot de troïl. Les invertébrés inféodés aux dunes comme la mygale chaussette, autant d’éléments qui confèrent au territoire des Caps un intérêt écologique majeur et essentiel.

Cette discrète et abondante biodiversité ne se révèle qu’à celui qui prend le temps de l’observer … Pour les voir en images …

 

Une géologie, identité du territoire

Le Grand Site Cap d’Erquy-Cap Fréhel présente un patrimoine géologique unique qui participe à l’originalité de ses paysages et de son littoral et offre une clé de compréhension de son histoire.

Le territoire des Caps abrite une formation géologique unique au monde qui, par ses particularités, a pris le nom des communes sur lesquelles elle se trouve. Il s’agit du grés rose d’Erquy-Fréhel. Formée il y a 470 Ma, cette roche sédimentaire nous raconte un épisode inéluctable d’une chaîne de montagne : son érosion. Sa couleur, son aspect et son usage local font de cette roche, un élément identitaire du Grand Site.

 

D’autres belles découvertes et observations géologiques attendent les spécialistes ou simples amateurs :

  • La pointe de la Heussaye, qui ferme, au sud, le port d’Erquy, est l’un des plus beaux exemples de série volcanique dans le Massif Armoricain. Datant de 608 Millions d’années, elle nous replonge à l’époque où le premier continent armoricain, partiellement recouvert par l’océan, se fissure, laissant le passage au magma basaltique. Du Trégor à la baie de Saint Brieuc, des volcans s’édifient, envoyant dans les airs des projections de toutes sortes et émettant des coulées dont certaines sont sous-marines.
  • Les filons de dolérite, roche massive et sombre formée il y 310 Millions d’années, influencent la topographie du Cap Fréhel. Ils proviennent d’un magma qui s’est infiltré dans des fissures et s’est cristallisé en se refroidissant, lorsque l’Afrique est entrée en collision avec l’Europe.
  • La diorite se révèle au pied de Fort la Latte, monument imposant, face à la mer, assis sur un promontoire de roche. Cette roche magmatique plutonique formée il y a 580 Millions d’années, compose la majeure partie du sous-bassement du Cap Fréhel et a servi de socle au dépôt des grés roses.

Une réserve ornithologique remarquable

Le Cap Fréhel constitue un site d’intérêt majeur pour la conservation de certaines espèces d’oiseaux marins. Ses falaises accueillent, chaque année, 8 espèces d’oiseaux marins fidèles à leurs sites de reproduction. Dès février et jusqu’à la mi-juillet, plus d’un millier d’oiseaux y trouve refuge et crée une attraction singulière à ne pas manquer.

Les falaises du Cap Fréhel sont des sites privilégiés pour étudier les espèces hauturières qui s’approchent des rivages pour réaliser leur reproduction.

Ainsi 85% de l’effectif nicheur national des Guillemots de troïl se trouve dans les falaises verticales, représentant entre 281 à 336 couples. Agglutinés sur des promontoires de quelques dizaines de centimètres, ils ne construisent pas de nid et pondent un œuf unique, en forme de poire qui l’empêche de rouler sur une pente. De la même famille (= les Alcidés), le Pingouin torda se distingue par sa silhouette plus trapue et son bec écrasé orné d’une ligne blanche. Beaucoup moins nombreux, ils représentent tout de même 15% de l’effectif national, avec seulement entre 28 à 31 couples recensés.

Encore plus acrobate, la Mouette tridactyle, avec ses pattes noires caractéristiques, occupe les parties de falaises les plus verticales. En bonne progression depuis quelques années, la colonie du Cap Fréhel reste l’une des dernières de Bretagne.

Enfin, le Fulmar boréal, oiseau marin par excellence que l’on observe à terre uniquement au moment de la reproduction, colonise, de manière éparse (13 à 15 couples recensés), les corniches sur l’ensemble du Cap Fréhel.

D’autres espèces, plus connues mais tout aussi intéressantes pour l’observation de leur comportements nichent sur les îlots de la Fauconnière et l’amas du Cap. Ainsi les Goélands argentés, bruns, marins ainsi que les Cormorans huppés font le spectacle : accouplements, parades amoureuses, défenses de territoire, … et permettent une compréhension de la vie grégaire des colonies d’oiseaux marins.

Une histoire locale singulière

Le Grand Site Cap d’Erquy-Cap Fréhel présente une histoire locale atypique liée à la maritimité.

Les Caps ce sont deux promontoires face à la mer qui veillent ou veillaient sur l’autre et l’ailleurs. De nombreux édifices, pour certains classés « Monument Historique », témoignent de ces époques : les corps de gardes, les phares du Cap Fréhel, le Fort La Latte, les blockhaus du mur de l’atlantique ou encore les abris à canots de sauvetage.

La mer, c’est une voie de circulation intéressante pour le transport de la pierre et une ressource économique exploitée par les hommes. La pêche traditionnelle s’est pratiquée depuis le Moyen-âge sur les Caps, mais de manière différente au fil des siècles. De l’usage des pêcheries, à la grand Pêche à la morue sur Terre-Neuve en passant par la pêche côtière ou hauturière aujourd’hui et au développement de la conchyliculture, le territoire des Caps a développé une culture maritime vivante et évolutive.

Le territoire des Caps, c’est aussi l’histoire de la balnéarisation avec la naissance de la station balnéaire de Sables-d’Or-les Pins dans les années 20 et l’accessibilité du littoral au plus grand nombre via le développement des voies ferroviaires. Des ouvrages d’art remarquables notamment ceux de l’architecte Harel de la Noë y ont vu le jour au début du XXe siècle.

Un territoire vivant, à découvrir

L’activité touristique sur le Grand Site est majeure car le territoire des Caps est l’un des plus visités du département des Côtes d’Armor, du fait de son patrimoine exceptionnel. Certaines manifestations, d’ampleur nationale ou plus locale, participent à faire connaître le territoire telles que la route du rhum, la fête de la coquille Saint-Jacques, le trail « Landes & Bruyères »…

Certaines activités économiques, hormis celles liées au tourisme, sont également caractéristiques du Grand Site et sont en lien avec l’aménagement du territoire :

  • La pêche en mer professionnelle, notamment celle de la coquille Saint-Jacques dont les modalités sont caractéristiques du secteur et très respectueuses de la ressource (Port et criée d’Erquy)
  • La conchyliculture, en Baie de Saint-Brieuc et en Baie de la Fresnaye
  • L’exploitation des carrières de grès (Fréhel et Erquy)
  • L’agriculture diversifiée (cultures et élevages)

Enfin, du fait de cette activité touristique et des particularités géographiques du territoire, de nombreuses pratiques en lien avec la nature sont pratiquées sur le Grand Site telles que la randonnée, les sports nautiques, la pêche sous toutes ses formes, la sensibilisation à l’environnement et la découverte du patrimoine (visites de sites et animations diverses), etc.

Nous trouver

Grand Site Cap d'Erquy - Cap Fréhel

16 rue Notre Dame
22240 PLEVENON
Tél: 02 96 41 50 83
Fax: 02 96 41 42 25

Coordonnées GPS :
Latitude  48.656495°
Longitude  - 2.335733°

Contactez-nous

sdc.secretariat@wanadoo.fr

Comment venir  sur le Grand Site ?

 

carte bretagne
Erquy - Cap Fréhel
Réseau des Grands Sites de France
Côtes d'Armor le département
Lamballe Terre et Mer
Dinan agglomération